Dans quoi investir: découvrez 5 technologies et secteurs d’activités porteurs

Ceux qui ont pu profiter de la bulle Internet avant qu’elle n’explose il y a quelques années le savent : investir son argent dans une entreprise qui monte peut se révéler très lucratif. Et cette année, les secteurs qui vont cartonner se trouvent encore une fois des nouvelles technologie.

Pour investir en bourse, il va donc falloir savoir saisir les opportunités. Reste que ce sont des domaines très risqués et qu’il vaut mieux ne leur consacrer qu’une partie de son portefeuille pour ne pas se retrouver piégé si les choses ne se passent pas comme on l’avait imaginé. C’est la règle d’or pour gagner de l’argent en bourse.


Dans quoi investir ?


La réponse vaut aussi pour celui qui se demande sans quel secteur créer son entreprise. Il va falloir être innovant, et répondre à la tendance.

Laissons l’industrie à nos parents et concentrons nous sur les technologies d’avenir qui s’intéressent aux smartphones, à la protection des données, aux drones et à la façon de les employer au mieux dans la vie de tous les jours, aux techniques d’impression en 3D, au respect de l’environnement, aux casques à réalité virtuelle et aux micros-processeurs. Ce sont quelques exemples parmi d’autres, mais qui ont notre préférence aujourd’hui.


Sécuriser son smartphone


On ne peut plus se passer de ces téléphones qui font tout : mise en relation, Internet, paiement, vidéo tchat… Mais comment être sur que toutes les données qui passent par ces appareils ne vont pas être piratées par des petits génies mal intentionnés ?

Car protéger sa vie privée est devenu presque obsessionnel, tant il semble de plus en plus difficile de pouvoir le faire. Cela peut passer par le cryptage des données, le coffre fort électronique ou bien par la biométrie. Il faut dire que les scandales qui ont éclaté récemment ne sont pas fait pour rassurer les utilisateurs : écoutes en tout genre, espionnage, piratage…


Le secteur s’organise

De jeunes patrons français se sont positionnés sur ce secteur très porteur appelé à exploser. Il s’agit des sociétés Bull et Taztag, qui ont chacun sorti un smartphone présentant une sécurité absolue, même si en la matière, les hackers s’adaptent presque aussi vite que les innovations (hélas), ce qui oblige ces sociétés à une veille de chaque instant. Les deux appareils fonctionnent sous Android, avec un capteur biométrique pour accéder aux données.

Les concurrents

Mais la concurrence dans ce secteur est rude, avec en particulier l’émergence du Blackphone, qui chiffre toutes les communications en passant par un VPN. Pour les néophytes, il s’agit d’un relai basé le plus souvent dans un pays étranger. Même Boeing s’y met, c’est dire si nos petits français vont avoir du pain sur la planche.

Le constructeur d’avion, partenaire historique de l’armée américaine vient de sortir son smartphone pour ceux qui travaillent dans la défense. Tout comme dans Mission Impossible, le téléphone s’autodétruit dès qu’on cherche à le forcer. C’est ici la réalité qui rejoint la fiction.

Les drones pour l’agriculture


Ce n’est pas nouveau, mais le phénomène prend de l’ampleur. Ces petits engins sans pilotes ont déjà secoué la bourse l’année passée, et il y a fort à parier qu’ils vont vite recommencer, tant les domaines où on risque d’en avoir besoin sont nombreux, hormis l’armée.

Car non seulement ils ne nécessitent pas de pilotage humain, donc gestion des risques et des coûts, mais ils sont en plus d’une précision redoutable. C’est pourquoi, ils commencent à faire leurs apparitions dans un domaine où on ne les attendait pas forcément : l’agriculture. Car les cultivateurs ne sont pas que de petits maraichers bio qui font le bonheur des marchés de France.

Il y a aussi de très grosses exploitations qui se développent en mettant au service de leurs cultures les technologies de pointe, comme le guidage GPS et bientôt le drone.


NOUS VOUS CONSEILLONS : les nouveaux business qui cartonnent


L’acteur numéro 1 : Redbird

drone récoltesC’est Redbird qui fait le plus de CA en France avec ses petits engins motorisés. Avec eux, c’est la possibilité de savoir presque instantanément où en sont les cultures grâce aux photos. Ils ont l’avantage sur les satellites car peu gênés par la météo du fait de leur altitude.

Pour les agriculteurs, c’est la possibilité de prendre des décisions rapides pour obtenir le meilleur rendement possible, de savoir où et quand irriguer, mettre de l’engrais ou des pesticides. C’est aussi valable pour la viticulture.

Quel avenir pour les drones ?

Immense. Même Amazon prévoie bientôt de faire des essais pour livrer ses petites commandes de cette façon, c’est dire. Voilà le successeur du pigeon voyageur.

Toute l’industrie devrait aussi bientôt s’y mettre, raison pour laquelle les start-up envahissent le marché. Car il y en a pour tous et pour chaque besoin, même s’il reste encore beaucoup de choses à inventer.

Le bioprinting : l’impression du vivant


On touche ici un secteur de pointe, pas facile à visualiser, même s’il s’agit d’impression. Cette technologie se rapproche de celle utilisée par la 3D, mais ne concerne que les tissus vivants, pour des applications servant à la médecine.

Car si on peut à peu près tout matérialiser grâce à l’impression 3D, pourquoi ne pas pouvoir créer des tissus biologiques, là où pour l’instant on ne pouvait que tenter de régénérer les cellules vivantes ? Ce procédé va permettre de faire du sur-mesure quant aux besoins des patients.

Comment ça fonctionne ?

bioprinting investirGrâce à l’ordinateur, qui va faire son travail, couche après couche, en fonction de ce que lui demandera l’opérateur. Mais contrairement à l’imprimante 3D, c’est ici de la matière vinante qui sera injectée, et non pas du plastique.

Bon, je vous passe les détails techniques, mais c’est un procédé du futur pour une application présente, en tout cas la bourse ne s’y est pas trompé en cotant déjà les premières sociétés qui travaillent sur ce principe révolutionnaire pour la médecine et les malades.

Tout se décide en bourse

Car ce n’est plus la recherche publique qui fait avancer le monde, mais bien la finance, en capitalisant des entreprises qui n’ont pas encore de chiffre d’affaire, ce qui leur donne les moyens de travailler sur leurs produits, et ce parfois pendant de longues années avant d’en tirer le moindre profit.

Cela n’étonnera personne, ce sont les américains qui tiennent le haut du pavé dans le secteur de la bio impression, avec l’ entreprise Organovo. L’industrie pharmaceutique est en attente d’innovations, et est prête à payer très cher pour cela.

C’est pourquoi nous voyons dans ce secteur des bios beaucoup d’OPA par de gros labos une fois les recherches bien avancées. Du pain béni pour le petit porteur, à condition d’avoir miser sur le bon cheval.

Les puces électroniques inspirées du cerveau


Il a toujours passionné les chercheurs. On tente donc de créer des puces électroniques qui imitent son fonctionnement et sa complexité. L’ordinateur va-t-il bientôt se substituer aux neurones des humains ?

On s’en approche en tout cas, avec des programmations comme celle du Neurogrid, de plus en plus élaborées afin de rendre tablettes, portables et smartphones le plus performant possible tout en utilisant très peu d’énergie. IBM se lance aussi dans la course avec ses puces cognitives, tout comme Samsung Electronics.

Les casques de réalité virtuelle


Encore un secteur où on est passé du rêve à quelque chose de concret, en sortant prototypes sur prototypes. La réalité virtuelle ne date pas d’hier, mais ces applications pratiques sont pour aujourd’hui.

Comment ça fonctionne ?

casque réalité virtuelleAvec un casque, qui nous emmène dans son propre monde, et qui nous fait sortir du notre. Quand on bouge la tête, quand on fait des mouvements, ils sont répercutés dans cette nouvelle dimension.

La grande différence avec ce qui existait avant est le prix. Cette technologie est maintenant abordable pour le grand public.

Qui fait le marché ?

Rappelons que les grands du secteur s’y mettent aussi, Facebook en tête avec le rachat d’Oculus : quelques milliards de dollars tout de même ! Google n’est pas en reste, avec ses projets Cardboard et Magic Leap. Les start-up, quant à elles, lèvent des fonds important pour lancer sous peu leur propre produit.

C’est notamment le cas de la française Homido, parce qu’il n’y a pas que la Silicon Valley dans la vie ! Un monde fantastique nous attend donc. Let’s play !


Si les franchises vous intéressent, LIRE AUSSI : quelle franchise choisir ?


Faire le bon investissement quand il s’agit de se pencher sur les nouvelles technologies n’est pas chose aisée. Si certaines petites entreprises se font très vite racheter des millions, combien mettent la clé sous la porte faute de trésorerie suffisante ?

A prendre donc avec des pincettes, mais le jeu en vaut la chandelle si vous avez le cash nécessaire pour prendre des risques. Et si tout cela vous effraie, et bien préférez l’assurance vie !