Placement retraite 2018: Corem, Préfon, PERP ou Madelin (notre avis)

La retraite, on y pense dès qu’on commence à travailler, et c’est un comble. Toutefois, l’avenir et ses perspectives pousse les actifs à anticiper leur arrêt d’activité, car ce ne sont pas les perspectives du livret A qui vont les rendre riches. Faire confiance au régime général pour subvenir à ses besoins une fois l’âge de la retraite arrivé est un bien gros risques, et la tendance ne pas dans ce sens.

C’est la raison pour laquelle les banquiers et les assureurs proposent à leurs clients d’épargner chaque mois ou chaque année dans un plan retraite, d’autant plus que celui-ci est très intéressant fiscalement pour celui qui paye des impôts (et plus on est imposé, plus ça vaut le coup). Reste à savoir vers quel plan se diriger. Corem ou Préfon ? Préfon ou PERP ? PERP ou Madelin ? Notre comparatif pour 2017…


Placement retraite Corem 2018


On en a beaucoup parlé ces derniers mois. En cause, une enquête en cours suite à une plainte d’épargnants, qui fait que pour l’instant, on ne peut pas y adhérer, le temps que les choses se clarifient. 

Ces derniers pensaient que les rendements allaient être plus importants. Rappelons à ceux qui ne le savent pas que le Corem concerne la retraite complémentaire des fonctionnaires et surtout des enseignants.

Il faut dire que les mesures prises en assemblée générale n’ont pas été pour les ravir, notamment le passage aux 62 ans pour avoir sa complémentaire à taux plein. C’est donc 2 années de rente qui passent à l’as, puisque le taux plein à 60 ans n’est plus d’actualité.


Des économies en sécurité ?

Mais les problèmes du Corem ne s’arrêtent pas là, puisque le point a du aussi être revalorisé à la baisse, et il ne dépasse pas l’inflation. Ces décisions, qui ne vont pas dans l’intérêt des souscripteurs font suite à la baisse des rendements des emprunts d’état.

Au final, c’est bien l’épargne des petits épargnants qui trinque, d’autant plus qu’ils sont coincés avec l’impossibilité de récupérer leur capital avant de prendre leur retraite. Il faut donc attendre sa rente, et espérer que la situation ne se dégrade pas encore un peu plus.


Un modèle qui tient pourtant la route

Pourtant tout n’est pas noir dans ce placement retraite, en particulier les possibilités de défiscaliser qui sont bonnes.

Toutes les cotisations sont déductibles, à condition de ne pas dépasser 10% de ses revenus. Mais le Corem n’est pas le seul dans ce cas, c’est aussi valable pour les autres régimes retraite de cet article. Chaque euro versé donne des droit à des points qui seront à leur tout transformés en rente. Reste que pour que cela soit rentable, il faut qu’il y ait une revalorisation qui suive l’inflation.

Placement retraite Préfon


C’est un autre régime complémentaire de la fonction publique. Tous les agents peuvent y cotiser pour préparer leurs vieux jours, sans aucune obligation bien entendu, qu’ils travaillent pour l’état, les collectivités locales, l’hôpital, et ce quelque soit leur statut.

La bonne nouvelle, c’est que leur conjoint y ont aussi accès, ainsi que les anciens agents de la fonction publique. Cette façon de mettre de l’argent de côté permet de préparer ses vieux jours et de limiter sa perte en pouvoir d’achat grâce à le rente viagère qui viendra compléter le régime obligatoire.

Un fonctionnement assez libre

On n’est pas obligé de cotiser toute sa vie ou tout au long de son inscription, ni de verser la même somme. Quant aux versements, rien n’interdit de les suspendre quand les temps sont durs par exemple.

Reste que pour un déblocage anticipé, c’est assez compliqué, mais rien qui diffère des règles d’un PERP à ce sujet. La sortie « normale » du plan se fait au moment de la retraite, avec une rente pour le reste de sa vie.

Pour celui qui a besoin d’en récupérer une partie en capitale, il est possible de le faire à hauteur de 20%.

Préfon retraite

Pour le régime fiscal, rien de nouveau. On cotise et on déduit ces sommes de ces impôts dans la limite fixée. Par contre, il faut savoir que les rentes, quand elles sont versées sont elles, imposables.

Faut-il ouvrir un Préfon quand on est fonctionnaire ?

Il y a des avantages à le faire, mais aussi des inconvénients:

L’avantage principal est de savoir qu’on aura des revenus supplémentaires, et ce jusqu’à son dernier souffle, tout en ne s’occupant de rien une fois ces années là arrivées.

Maintenant, soyons clairs : le Préfon n’est valable en tant que placement que pour celui qui est énormément imposé. Plus on doit payer d’impôt, et plus la formule vaut qu’on y prête attention. Pour les non imposables, mieux vaut investir ailleurs dans l’optique de sa retraite.

Avis sur le PERP 


Il est de nouveau populaire grâce aux dernières réformes, et grand bien lui fasse. Ce qui a fait la différence dans l’esprit des épargnants : le droit qu’ils ont maintenant de choisir le versement en capital plutôt qu’en rente.

Mais ce n’est pas tout: si les avantages fiscaux sont plafonnés, l’économie suite à un versement dans un PERP ne rentre pas dans le plafond. C’est peut-être le moment de s’intéresser à sa retraite pour ceux qui ne l’ont pas encore fait. Car les blocages qui existaient jusqu’à maintenant se sont atténués, voire ont disparu : l’impossibilité de récupérer son argent en capital notamment.

C’est la raison pour laquelle l’assurance vie a prospéré pendant toutes ces années, mais les choses pourraient bien changer, même si les fonds ne sont toujours pas récupérables avant d’avoir atteint ses 62 ans.

Si vous avez peur que votre argent soit bloqué trop longtemps, pourquoi ne pas ouvrir votre PERP à partir de la cinquantaine ? Il n’y aura alors qu’une grosse dizaine d’années à attendre pour revoir ses sous.

Le petit plus : si vous n’utilisez pas vos droits acquis, ils se reportent automatiquement sur l’année suivante, et cela pendant 3 ans.

Les exceptions

Il existe des situations où il est possible de casser son PERP, et qui rendent un peu plus souple ce placement qui était réputé pour sa rigidité extrême.

Dans la vie, il y a parfois des situations qui exigent de de voir récupérer ses économies, tout simplement pour ne pas sombrer: quand on ne touche plus les Assedics, quand on est invalide, surendetté, ou bien que son conjoint est décédé.

PERP 2016

Sinon, pour pouvoir récupérer 100% de son capital au moment de sa retraite, il n’y a qu’un moyen : il faut acquérir sa résidence principale, et ce pour la première fois (ne pas être propriétaire de son chez soi depuis au moins 2 ans). Rien n’interdit de vendre, de laisser passer le délai et de racheter.

Les avantages du PERP ont évolué


Le plan épargne retraite n’est pas resté figé dans le temps, ce qui lui vaut d’être toujours présent et d’occuper une bonne place dans les prévisions de placement. Ainsi, ceux à qui l’idée de la rente posait problème ont été écoutés. Maintenant, une partie de l’épargne peut être versée en capital. Cette impossibilité passée était quand même un obstacle majeur à la souscription.

Mais ce n’est pas tout. Les économies d’impôts ce sont elles aussi adaptées à la conjoncture. Ainsi, elles n’entrent pas dans le plafond des 10000 euros, ce qui permet de préparer sereinement sa retraite.

Bon à savoir pour celui qui doit payer l’ISF : épargner sur un PERP permet de diminuer son impôt sur la fortune. Lors du versement, là encore, le capital n’entre pas dans l’ISF si pendant 15 ans on a alimenté son PERP.


Vous préférez l’immobilier ? Lire notre article sur investir en Espagne


Récupérer son capital : combien ?

On ne peut pas l’avoir entièrement. Seulement 20% de récupérable, les 80% restant versés en rente viagère. Il faut toutefois veiller à ce que cette possibilité soit inscrite dans le contrat, tous ne le prévoit pas.

Reste à anticiper la fiscalité de ce versement : choisir qu’il s’additionne à ses revenus imposables, ou bien payer 8% de prélèvement libératoire + les prélèvements sociaux.

Astuce pour toucher 100% de son capital

Le déclencheur, c’est l’achat de sa résidence principale. Le problème, c’est qu’on en est bien souvent propriétaire avant de prendre sa retraite. La solution : vendre en amont, et rester locataire au moins 2 ans avant.

Les petites rentes sont elles aussi logées à la même enseigne : en dessous de 40 euros par mois, on peut tout récupérer en capital.

Le meilleur complément retraite ?


Le PERP est clairement en compétition avec l’assurance vie, mais retrouve des couleurs parce qu’il a été amélioré. Nous sommes ici dans l’idée de faire des économies sur le long terme pour tenter de maintenir son niveau de vie une fois sa vie professionnelle terminée.

complement-retraite

Ce qui donne ses lettres de noblesse au PERP, ce sont surtout les économies fiscales. On peut y verser jusqu’à 10% de son revenu imposable, qui seront donc déductibles, sachant que cela est quand même plafonné à 30000 euros par an, mais avec un report possible sur 3 ans, pratique pour celui qui hésite à se lancer.

A partir de quand faut-il ouvrir son PERP ?

La raison fait dire qu’il n’y a pas d’âge, mais concrètement, le mieux est de ne pas commencer trop tôt, afin de ne pas trop tarder à récupérer sa mise. Des fonds bloqués trop longtemps n’apportent rien. Notre conseil : on économise sur une assurance-vie jusqu’à 50 ans, puis on lâche les chevaux sur le plan retraite.

Peut-on le fermer ?

La vie n’étant pas un long fleuve tranquille, chacun peut un jour avoir besoin de l’argent ainsi placé. Mais comment le récupérer ? Le principe veut qu’il n’y ait pas de moyens de le faire, c’est contraire à son fonctionnement de pouvoir toucher son argent avant d’avoir pris sa retraite.

Mais à tout principe, il y a des exceptions, bien qu’on ne souhaite à personne de pouvoir les mettre en oeuvre. On peut récupérer son capital dans les cas suivants :

  1. Quand chômeur on ne touche plus les Assedics.
  2. Quand on est TNS et qu’on arrête son activité.
  3. Quand suite à un accident ou à une maladie on devient invalide et qu’on ne peut plus travailler.
  4. Quand on dépose un dossier de surendettement.
  5. Quand la personne qui partage notre vie meurt.

Que se passe-t-il si on décède ?

Là encore, ça n’arrive pas qu’aux autres. Gouverner c’est prévoir, mieux vaut donc savoir où va aller l’argent si durement économisé. Deux possibilités : on peut choisir le bénéficiaire de la rente viagère, ou bien décider qu’elle se convertisse en rente d’éducation pour ses enfants.

Choir le bon PERP

Ils n’ont pas tous les mêmes avantages. D’une façon générale, nous recommandons de ne pas se lancer dans un vieux contrat, qui ne bénéficiera pas de la souplesse des nouveaux. C’est notamment au niveau des frais qu’ils pêchent. Moins il y en a, mieux c’est pour l’épargnant. A calculer donc avant de s’engager, et à négocier surtout.


Pour aller plus loin : où investir en 2018


Placement retraite Madelin


Il s’adresse aux professions libérales, et ressemble à s’y méprendre à un PERP. Leur but final est le même : ne pas se retrouver démuni à l’heure de prendre sa retraite.

Pour cela, il faut économiser pendant les années où on est actif, et verser de l’argent pour que le moment venu, la rente soit suffisante pour ne pas trop perdre en pouvoir d’achat. Et quand on sait à quelle sauce sont mangées les professions libérales quand elles arrêtent leur activité, on se dit que la souscription d’un contrat Madelin s’impose, d’autant plus qu’il est possible de choisir l’affectation de ses cotisations.

En effet, tout le monde n’est pas prêt à prendre les mêmes risques, et entre les unités de compte et les autres supports monétaires, il y a de grosses différences.

Les différences avec un PERP

Le Madelin n’est que pour les TNS (travailleurs non salariés). Dans ce panier là, on met les commerçants, les artisans, les professions libérales, les chefs d’entreprise et les agriculteurs.

Si l’activité doit s’arrêter pour une raison ou pour une autre, le plan retraite ne s’arrêtera pas mais il ne sera plus possible de l’alimenter. Même chose pour la prévoyance qui y est associée (cotisation à fond perdu mais qui protège l’exploitant et sa famille des aléas de la vie).

L’alimentation justement, parlons en. Au contraire des autres plans, il y a un minimum à verser dessus chaque année. En contrepartie, la déduction fiscal consentie est plus importante que celle accordée pour un PERP : 15% de plus. Pour un TNS, il n’y a donc pas photo, c’est le Madelin qui est le grand vainqueur.

Transférer un Madelin vers un PERP


Vous ne le savez peut-être pas, mais il n’y a rien d’impossible à cela. Mais pourquoi le faire ? Parce que récupérer 20% de son capital avec un Madelin n’est pas envisageable. Faire le transfert permettra aux travailleurs non salariés de récupérer cet argent. La rente viagère c’est bien beau, mais qui n’a pas besoin de cash ?

De plus, le PERP est quand même beaucoup plus souple qu’un Madelin. On y verse ce qu’on veut quand on veut, et on n’est pas obligé de le faire tous les ans. On peut même récupérer les droits de son conjoint à verser, c’est dire.

Le Madelin reste-t-il une bonne option ?

On ne peut pas faire que de lui jeter la pierre. C’est oublié sa fiscalité remarquable, qui en fait quand même un champion, à condition que les TNS payent l’impôt sur le revenu sur leurs bénéfices au réel (les auto entrepreneurs en sont donc exclus, puisqu’ils règlent leur impôt dans la case micro BIC ou micro BNC). On peut verser et déduire 10% de ses revenus professionnels.

Reste que les contraintes sont nombreuses pour les indépendants qui veulent y souscrire et ainsi préparer la retraite : versements obligatoires, fermeture et retraits partiels impossibles,  pas de versement en capital, épargne perdue de vu jusqu’à la retraite à moins d’être en liquidation judiciaire ou d’avoir un des accidents de vie cité plus haut. Si vous avez besoin d’argent en dehors de ces cas là, il ne faut pas y compter.

Comparatif des taux

Le match PERP – Madelin fait débat. Le deuxième a toutefois un avantage sur le premier, celui du taux de conversion. Avec Madelin, il peut être garanti à l’ouverture du contrat. Attention : pour voir son capital garanti, il faut opter pour un contrat avec un fonds en euros.

Avec le PERP, on ne le connaitra qu’au moment de prendre sa retraite (en multipliant ses points par la valeur de celui-ci). Et plus la durée moyenne de la vie s’allonge, puis celui-ci est bas.


Sur le même sujet : les taux de l’immobilier.


Pour transférer

Si après avoir pesé le pour et le contre, vous arrivez à la conclusion que votre contrat Madelin n’est pas un bon produit d’épargne, vous pouvez le transférer pour un PERP. Vous avez le droit de le faire, et celui qui vous dit le contraire est un menteur ou un ignorant.

Pour cela, il suffit de contacter son assureur en lui donnant les références du nouveau contrat. L’ancien et le nouveau feront leur petite affaire ensemble, sans que vous n’ayez à intervenir autrement. Bon à savoir : il peut y avoir des frais, jusqu’à 5%. Ceux-ci doivent quand même être précisé sur le contrat d’origine.

Choisir entre les différents plans retraite n’est pas facile, d’autant plus qu’il existe bien d’autres subtilités entre les contrats. Pourtant, il faut s’y résoudre, à mois de conserver sa confiance à l’assurance-vie, beaucoup plus souple.